Visite à Cao Bang

La province de Cao Bàng est une ancienne province du Viêt-Nam (1832-1838), du Dai Nam (1838-1884) et du Tonkin (1884-1891 et 1896-1955) dont le chef-lieu était Cao Bàng. Elle a constitué (1891- 1896) une partie du 2ème Territoire Militaire. Ancienne province de la R.D.V.N. (1955-1975) dont le chef-lieu était Cao Bàng. Elle a constitué (1975-1991) une partie de l’ancienne province de Cao Lang. Province (1991) de la R.S.V.N. Superficie: 8.444 km2. Chef-lieu: Cao Bàng. Population : 0,5 M d’hab. (1999). Densité : 58 hab./Km2. Minorités ethniques : Tày, Nùng, Dao (Yao), Hmông, Lô Lô, San Chay, Tày et Hoa (Chinois).
Pays de montagnes et de collines calcaires couvertes de forêts (90% du territoire), jouxtant la Chine (314 km de frontière commune), la province possède un riche potentiel minier (étain, wolfram, manga¬nèse et or) et se livre à la culture du riz et du maïs. Le climat y est frais avec un semblant d’hiver.
Dông Khê (44 km au S.E. de Cao Bàng) : L’occupation de ce poste par le Viêt-Minh (Septembre 1950) a été à l’origine du désastre de la R.C. 4.
Phuc Hôa (57 km au S.E. de Cao Bàng) : Vestiges d’une ancienne citadelle.
Cao Bàng (272 km au N. de Hanoï) ; Ancien chet-lieu (1831-1891, 1896-1955, 1956-1975) et chef-lieu (1991) de la province de Cao Bàng, bâti sur une sorte de presqu’île entourée des rivières Bang Giang et Hiêm. La citadelle a été occupée par les Français, le 30 Octobre 1886. L’évacuation inopinée de la ville par les Français en direction de Lang Son, en Octobre 1950, déclencha le désastre de la R.C. 4 (la Route Sanglante). En Février 1979, la ville eut à souffrir de l’attaque chinoise.
Ky Sâm (4 km au N.O. de Cao Bàng) : Montagne où se trouve un temple dédié au chef de la tribu des Nùng, Nùng Tri Cao (Xlème siècle).
Na Lu (6 km au N.O. de Cao Bàng) : Vestiges d’une ancienne citadelle construite par Nùng Tri Cao, au Xlème siècle.
Cao Binh (9 km au N. de Cao Bang) : Vestiges d’une citadelle, utilisée, au XVème siècle, par l’Empereur Lê Loi comme point d’appui contre les Chinois. La citadelle devint, de 1597 à 1677, le siège fortifié de la principauté des Mac, auparavant chassés de Hanoï.
Gia Cung (10 km au N. de Cao Bàng) : Site du Temple Tam Trung (Trois Mandarins Fidèles), édifié, en 1835, en l’honneur des trois mandarins militaires fidèles à la dynastie des Nguyên (Pham Dinh Trac, Bùi Tang Huy et Pham Van Luu) qui furent exécutés par Nùng Van Vân, en 1833.
Trung Khanh (65 km au N.E. de Cao Bàng) : Pendant la Guerre d’Indochine, site d’un camp viêtminh de prisonniers connu sous le nom de Camp n°l. Site d’une mine de manganèse.
Pac Bo (60 km au N.O. de Cao Bàng) : Village où vint se réfugier Hô Chi Minh (1941 à 1944) et où eut lieu le Sème plénum du C.C. du Parti Communiste Indochinois (Mai 1941) au cours duquel a ete décidée l’organisation du Viêt-Minh.
A proximité, se dresse la montagne Karl Marx (Nui Cac Mac) et coule la source Lénine (Suôi Lê Nin). En Janvier 1961, le Pdt. Hô Chi Minh revint en ces lieux pour la deuxième fois. Depuis le 24 Janvier 1977, le site est protégé et classé. Le Musée consacré à la Révolution a été endommagé lors de l’invasion chinoise de Février 1979.
Ban Giôc (85 km au N.E. de Cao Bàng) : Chute d’eau (34 m de haut). A proximité, se trouvent des grottes (Hang Ban Giôc) qui servirent autrefois de repaire aux brigands.
La route de Cao Bàng à Ba Bê (prov. de Bac Kan) par la R.N. 3 (vers le Sud-Ouest).
Nguyên Binh (43 km à l’O. de Cao Bàng) : Lieu de fondation, en Décembre 1944, de la Brigade de Propagande Armée de Libération du Viêt-Nam organisée et dirigée par le Général Vô Nguyên Giap.
Tinh Tue (63 km à l’O. de Cao Bàng) : Site d’une mine d’étain exploitée dès 1903 par la Société des Etains et Wolframs du Tonkin. La route de Thai Nguyên (prov. de Thai Nguyên) à Yen Bai (prov. de Yên Bai) par la R.N. 13 A (vers l’Ouest).

Lesen Sie mehr: Ha Long bay tour | voyage ninh binh | voyage vietnam cambodge pas cher | Trek à mai chau | circuit vietnam laos 2 semaines

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress