Visite à Thanh Hoa partie 4

A proximité, se trouve le Temple Dôc Cuoc dédié au Génie au Pied Unique qui, selon la légende, se serait coupé en deux afin de protéger les pêcheurs tant sur mer que sur terre. On dit aussi que cet ascète, voué à la méditation religieuse, aurait laissé la trace de son pied dans le rocher avant de disparaître dans la tempête. En reconnaissance des victoires remportées sur les Chàm, l’Empereur Ly Thai Tô (974-1028) mit le nom de “Dôc Cuoc” au premier rang des génies et des divinités taoïstes. Ayant remporté une victoire sur le Champa grâce à l’aide du Génie, l’Empereur Ly Thanh Ton (1023-1072) lui décerna le titre de “Génie Suprême Protecteur du Royaume” (Tuong Dang Quôc Tê). Sous le règne des Mac (1527-1533), le culte de la divinité fut interdit. Le site comprend des curiosités lithiques comme le rocher Trông Mai (Le Mâle et la Femelle) sur le mont Truong Lê.
Le 11 Mars 1967, lors d’une opération contre les bâtiments militaires, les avions de l’U.S Navy y expérimentèrent pour la première fois des bombes “Walleye” guidées par télévision.
“ (…) Soudain, l’éblouissance énorme de la mer! Claire matinée… on aspire l’air salin ; plus de moustiques, malaria, ni lourdeur ; l’être se vivifie au bercement des vagues… Sortis des grands filets palpitent sur le sable des masses de poissons qui grouillent en tas blancs. Les clairs costumes de bain fleurissent la plage. Jonques, essaims de radeaux à voiles, au large, profilent sur le ciel leurs sombres silhouettes, dans ce pâle tableau d’au¬rore sur les flots
Henri MARTENET, “Gongs et Cloches”, Revue Indochinoise, T: XXXVIII, n°3-4, Mars-Avril 1923.
La route de Thanh Hoa à Quan Hoa (prov. de Thanh Hoa) par les R.N. 501 et 15 (vers le Nord-Ouest).
Dông Son (8 km à l’O. de Thanh Hoa) : Site préhistorique situé sur le fleuve Ma et découvert en 1924 par L. Pajot. La richesse des fouilles a donne naissance à la “Culture de Dông Son” (800-257 av. J.-C.) ou ‘Culture du Fleuve Rouge” qui correspond à l’apogée de l’âge du bronze et le début de l’âge du fer. Cette période cadre avec la phase finale de l’histoire du Van Lang. Plusieurs campagnes de fouilles eurent lieu: 1924-1930 (L. Pajot), 1934-1935 et 1936-1938 (0. Janse), 1961-1962 et 1969-1971 (R.D.V.N.), 1975 a nos jours (R.S.V.N.). Elles ont révélé une plus grande utilisation du bronze (nombreux tambours, haches pédiformes, pointe de flèches poignards) et un faible nombre d’objets lithiques (principalement des bijoux), une influence de la céramique chinoise, une amélioration de Tagriculture (nombreux socs de charrue en forme de cœur). Les dongsoniens étaient non seulement des agriculteurs et des chasseurs habiles mais aussi des navigateurs expérimentés en relation commerciale avec le monde indien et l’Asie occidentale.
Vestiges d’une ancienne citadelle et site des tombeaux des Empereurs Le Thé Ton (1568-1599) et de Lê Hy Ton ( 1664-1717).
Le tambour de bronze est constitué d’une caisse cylindrique sans fond sur laquelle repose un plateau décoré d’un motif étoilé. Le corps de la caisse, parfois décoré, comporte 4 paires d’anses. Un des plus connus est celui de Ngoc Lu (63 cm de hauteur et 79 cm de diamètre) découvert en 1903 et exposé au Musée d’Histoire (Hanoï).
Les premiers tambours datent de l ‘époque dongsonienne (IIIème-IIème siècles av. J.C). En 1985, vingt tambours de bronze furen mis à jour sur le Mont Nuong (prov. de Thanh Hoa).
Les décorations géométriques (personnages, animaux, habitations, bateaux) figurant sur les tambours nous donnent de précieux renseignements sur la civilisation du Van Lang Considérés comme des objets sacrés, plusieurs hypothèses ont été avancées quant à leur utilisation : instrument de musique pour les danses funéraires, vestige de culte solaire, tambour de pluie cadran solaire, urne funéraire, récipient à céréales, emblème de pouvoir pour rassembler les guerriers au combat.

Sehen Sie mehr: Huong Hai junk

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress