Visite à Lang Son partie 3

Nui Tô Thi ou Vong Phu (2 km au N. de Lang Son) : Massif montagneux où se dresse le rocher de Tô Thi. Selon la légende, la jeune Tô Thi, maltraitée par ses parents, décida de s’enfuir après avoir été brutalement frappée par son frère. Dix ans plus tard, une inondation détruisit la maison de ses parents et emporta au loin son frère qui parvint sain et sauf au pied d’une montagne retirée. En cherchant un refuge pour s’abriter, il rencontra une jeune fille qui lui offrit l’hospitalité et décida de l’épouser. Un soir, qu’il peignait les cheveux de sa femme, il aperçut une cicatrice dont il demanda l’o-rigine. Elle lui répondit que son frère était l’auteur de cette ancienne blessure. Horrifié par cette nouvelle, il décida de quitter sa sœur. Pendant des mois et des mois, celle-ci monta sur la montagne pour guetter le retour de son mari. Lasse d’avoir trop attendu, elle mourut de chagrin et fut transformée en pierre.
Ky Lùa (3 km au N. de Lang Son) : Site d’une bataille entre Français et Chinois, le 28 Mars 1885. Après avoir occupé Lang Son en 1940, les Japonais y installèrent leur poste de commandement afin de se protéger des attaques aériennes américaines. De nos jours, le marché est un lieu de rencontre des minorités ethniques des environs.
A proximité, se dresse un massif montagneux percé de grottes transformées en sanctuaires ornés d’inscriptions religieuses et littéraires (poèmes de Ngô Thi Si) et dédiés à Bouddha. Par leur ampleur, ces grottes rappellent celles des Montagnes de Marbre de province de Quang Nam.
– La Grotte du Pur (Dông Nhât Thanh).
– La Grotte des Deux Purs (Dông Nhi Thanh) découverte par Ngô Thi Si (1726-1780) dont le portrait est gravé dans la pierre. C’est dans cette grotte que le 10 Mars 1945, après leur coup de force, les Japonais, au mépris des lois de la guerre, décapitèrent le Résident C. Auphelle (1908-1945) et le Général E. Lemonnier (1893-1945) dont les portraits se trouvent gravés sur les parois de la grotte inférieure, à droite de l’entrée (à 4 m du sol).
– La Grotte des Trois Purs (Dông Tain Thanh) possède une entrée masquée par des arbres.
Ky Câp (4 km au N. de Lang Son) : Massif montagneux où se trouvent les vestiges d’une citadelle des Seigneurs Trinh, édifiée en 1759 sur l’emplacement d’une ancienne place-forte des Mac, datant du XVème siècle.
La route de Lang Son à Cao Bàng (prov. de Cao Bàng) par la R.N. 4 A (vers le Nord-Ouest).
C’est l’ancienne Route Coloniale n°4 (R.C. 4) qui longe la frontière chinoise et relie le Golfe du Tonkin à Cao Bàng, au milieu de falaises escarpées et de vallées encaissées. Pendant la Guerre d’Indochine, le Viêt-Minh y réussit plusieurs embuscades meurtrières (Octobre 1947, Janvier 1948, Février 1948, Décembre 1948, Mars 1949, Septembre 1949, Octobre 1950) d’où son surnom de “Route de la mort”.
Les colonnes Charton et Le Page ont été littéralement englouties dans un vaste piège mis en place par le Viêt-Minh (Octobre 1950). En une semaine, le corps expéditionnaire perdit 4.800 hommes, 13 canons, 120 mortiers, 450 véhicules, 240 mitrailleuses, 1.200 fusils- mitrailleurs, 940 pistolets-mitrailleurs et 8.500 fusils. La liquidation des colonnes françaises souleva un vent de panique qui se traduisit par l’évacuation précipitée de nombreux postes de la Haute Région (Lang Son, Lào Cai, Hoà Binh). La nomination du Général J. de Lattre (Décembre 1950) allait redonner confiance à l’armée et rétablir provisoirement la situation.

Dông Dang (14 km au N.O. de Lang Son) : Ville-frontière donnant accès à l’Empire du Milieu par la Porte de Chine (Nam Quan) aujourd’hui rebaptisée “Porte de l’Amitié.” C’était autretois un point de passage obligé pour les ambassades vietnamiennes, chargées d’ap¬porter à la puissance suzeraine le tribut triennal ou la demande d’investiture d’un nouveau souverain.
La citadelle, édifiée en 1823, a été occupée (23 Février 1885) puis évacuée (26 Mars 1885) par les Français qui s’y installèrent par la suite définitivement. En Août et Septembre 1940, les forces françaises repoussèrent l’armée japonaise du Guang Xi qui dut se replier en Chine. En Mars 1945, la garnison sous le commandement du Capi¬taine P. Annosse (1913-1945) fut massacrée par les Japonais qui brûlèrent tous les corps. Seul le soldat F. Cron (1912-1989) réussit, par miracle, à échapper à la mort. Dans le cadre des Accords de Potsdam, les Chinois occupèrent le poste (Juillet 1945) puis le firent sauter lors de leur évacuation (Mai 1946).
La ville, ayant souffert de l’invasion chinoise de Février 1979 où elle fut entièrement dynamitée, a été reconstruite dès 1986. Depuis 1988, la cité constitue un point de passage d’un vaste trafic de marchandises en provenance et en direction de la Chine. Le nouveau marché a été inauguré en Mai 1991.
Trân Dinh (Thât Khê) (70 km au N.O. de Lang Son) : Ancien poste militaire français évacué en Octobre 1950, après le désastre de la R.C. 4.
Dèo Bông Lau (Lung Phây) (85 km au N.O. de Lang Son) (prov. de Lang Son) : Col séparant les provinces de Lang Son et Cao Bàng. L’étroit défilé, de 600 m. de long, était considéré par les Français comme un véritable coupe-gorge, surnommé le “boulevard de la mort”. En Octobre 1949, le Viêt-Minh y tendit une embuscade meurtrière (72 tués ou disparus et 133 véhicules détruits ou endommagés).

Für mehr Infos: Halong Bucht 3 Tage | voyage ninh binh | voyage vietnam cambodge pas cher | Trek à mai chau | circuit vietnam laos 2 semaines

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress