Visite à Lai Chau

La province de Lai Châu est une ancienne province du Tonkin (1910-1955) et de la R.D.V.N. (1955-1976) dont le chef-lieu était Lai Châu. Elle a été intégrée (1962-1976) dans la “Zone Autonome du Tây Bac”.
Province (1976) de la R.S.V.N. Superficie: 17.133 km2. Chef-lieu: Lai Châu (1976) puis Diên Bien Phu (1993). Population: 0,6 M d’hab. (1999). Densité : 35 hab./Km2. Minorités ethniques : Công, Dao (Yao), Giay, Hà Nhi, Hmông, Khang, Kho Mu, La Ha, La Hu, Lào, Lu, Mang, Phu La, Si La, Thai et Xinh Mun.
Bordée par la Chine (au Nord) et par le Laos (à l’Ouest), la province, la plus grande du Nord Viêt-Nam, est arrosée par le Fleuve Rouge et la rivière Dà. Elle comprend un relief montagneux avec des sommets de plus de 2.000 m. La forêt représente près de 71% de sa superficie.
Tuân Giao (Muông Khoai) (98 km au S.E. de Lai Châu) : Embranchement des routes vers Diên Biên Phu (R.N. 46) et Lai Châu (R.N. 6).
Muong Phan (138 km au S.E. de Lai Châu): Site du P.C. opérationnel du Général Vo Nguyên Giap (1910-) en Décembre 1954, lors de la préparation de la bataille de Diên Biên Phu (Mars 1953-Mai 1954).
Pa Khoang (139 km au S. de Lai Châu) : Lac de 600 ha.
Diên Biên Phu (82 km au S. de Lai Châu) : Après avoir pris pos¬session de la plaine (20 km de long sur 6 km de large) arrosée par la Nam Youn (Nâm Rom), en Décembre 1888, la France y faisait construire un terrain d’aviation. De Novembre 1918 à Janvier 1919, les Hmong, menacés dans leur principale activité que représentait la culture du pavot, fomentèrent une révolte qui s’étendit jusqu’au Laos. Depuis 1993, c’est la chef-lieu de la province de Lai Châu.
Durant la Guerre d’Indochine, la région devint le site d’une célèbre bataille (13 Mars-8 Mai 1954) que retrace le Musée de l’Armée Populaire (Bao Tang Quân Dôi Nhân Dân). Quelques vestiges subsistent sur les collines Al (Eliane 2) et C2 (Eliane 4) : casemates, canons, chars, l’ancien poste de commandement du Général C. de Castries. A proximité, s’élèvent le cimetière des combattants de l’Armée Populaire du Viêt-Nam et le terrain d’aviation de Muông Thanh.
En 1958, les anciens soldats de la Division 316 entreprirent e défricher la vallée afin d’y implanter une ferme. Actuellement, cette exploitation agricole de 2.400 ha pratique la riziculture et l’élevage. En 1984, une stèle à la mémoire des 3.000 Français tués dans les combats fut inaugurée. En Février 1993, le Pdt. F. Mitterrand vint se recueillir sur le champ de bataille.
Une Amicale des Anciens Combattants de Diên Bien Phu dont le siège est à Paris entretient la mémoire des soldats morts aux combats.
il a bataille de Diên Bien Phu La bataille s ’est déroulée en 4 phases :
– 11-17 Mars 1954 : perte de Béatrice 1, 2 et 3, de Gabrielle et d’Anne-Marie 1 et 2.
-30 Mars-6 Avril 1954 : perte de Dominique 1 et 2, Hugiiette 7 et Eliane 1 (repris le 20 Avril).
– 1er-4 Mai 1954 : perte d’Eliane 1, d’Huguette 6, 1, 5 et 4, Dominique 3, Isabelle 5.
– 6-8 Mai 1954 : perte dEliane 2, 4, 10, 3, et d’Isabelle. L’occupation de cette position stratégique, dans le cadre de l’Opération “Castor” (Novembre-Décembre 1953) devait permettre de verrouiller l’accès au Laos, d’attirer puis de fixer le corps de bataille viëtminh. Le camp comprenait plusieurs centres de résistance : Béatrice (Him Lan), Gabrielle (Doc Lap), Anne- Marie (Ban Keo), Huguette, Dominique et Eliane. En acceptant de combattre à découvert, les troupes du Général Vô Nguyên Giap devaient se casser sur le camp retranché (16.000 soldats, 12 chars et 50 pièces d’artillerie). Rapidement la garnison française, sous les ordres du Colonel puis Général C. de Castries (1902-1991), fut assiégée par 50.000 Viêtnamiens de l’A.P. V.N. qui détruisirent les terrains d’aviation, empêchant ainsi tout ravitaillement aérien. Afin de briser l’encerclement, plusieurs opérations de dégagement furent proposées sans succès (Opérations “Condor” et “Vautour”). Après 170 jours de combat, les Français furent submergés le 8 Mai 1954. Cette défaite fut à l’origine de la signature des Accords de Genève (21 Juillet 1954). Sur les 11.721 prisonniers, seuls 3.290 sont revenus des camps.
Une Commission d’enquête, constituée le 31 Mars 1955 sur la demande du Général H. Navarre (1898-1983) et présidée par le Général G. Catroux (1877-1969), infirma, dans son rapport, la thèse de la seule responsabilité de l’Armée dans la perte de l ’Indochine.

Nong Het (140 km au S. de Lai Châu) : Vestiges de l’ancienne citadelle de Ban Phu et sépulture du Général Hoàng Công Chât (?- 1768), vainqueur des Laotiens.
La route de Tuân Giao (prov. de Lai Châu) à Phong Thô via Lai Châu par la R.N. 6 (vers le Nord).
Dèo Mun (60 km au S.E. de Lai Châu) : Col permettant d’accéder à la vallée de la Nam Mue.
Lai Châu (490 km au N.O. de Hanoi) : Ancien chef-lieu (1910-1993) de la province de Lai Châu, situé au confluent du Sông Dà (Rivière Noire) et du Sông Nam Na. Le 28 Janvier 1888, la ville a été occupée par les Français qui en firent le siège du IVème Territoire Militaire. Ancien fief du chef thai Dèo Van Tri qui fit sa soumission à la France en 1888.
Phong Thô (79 km au N.O. de Lai Châu) : Site d’une mine d’uranium. C’est aussi la région de la minorité Lo Lo.

查看更多:越南签证时间

Lesen Sie mehr: Halong bay cruise

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress