Visite à Hoi An ( Quang Nam) partie 1

Hôi An (Faïfo) (45 km au N.O. de Tarn Ky)
Aperçu historique
Ancien port chàm fréquenté dès le XVème siècle par des négociants étrangers. Au XVIIème siècle, la ville devint un important centre commercial, sous le nom de Faïfo, exportant de la soie, du bois d’aigle (Lim), du sucre, de la cannelle, du poivre et des nids de salanganes. L’ensablement progressif de la rivière Truong Giang qui reliait Hôi An à Dà Nang fut à l’origine de son déclin au profit de Dà Nang. La ville, arrosée par la rivière Thu Bon, est actuellement à 5 km de la mer.
L’ancienne richesse issue du commerce maritime et la présence, dans le passé, de nombreux étrangers (Chinois, Japonais, Portugais, Hollandais, Anglais, Français) expliquent la diversité architecturale des édifices civils.
Les missionnaires en firent le point de départ de l’évangélisation de l’Annam. En 1615, les pères F. Busomi et A. de Carvalho y fondèrent la mission de Cochinchine qui se développa avec L. Chevreuil (1627- 1693), L. Lanneau (1637-1696), E. de La Baume (1679-1741). Mgr. P. Lambert de la Motte (1624-1679) y ouvrit le premier Synode de Cochinchine (Janvier 1672) suivi d’un deuxième (Octobre 1682). Plusieurs missionnaires y furent enterrés : X. Monteiro (7-1776), M. Bouchard (1636-1682), G. Mahot (1649-1684). La ville fut occu¬pée par les Français le 23 Septembre 1885. Ancien chef-lieu (1832 et 1955) de la province de Quang Nam, arrosé par la rivière Thu Bon. Depuis Novembre 1999, la ville est inscrite par l’U.N.E.S.C.O. au patrimoine mondial.
“Le port est profond. Les vaisseaux y sont en sûreté. Il est extrêmement commode pour les marchands. Les bâtiments viennent mouiller à la porte des factoreries. L ’entrée n ’en est pas difficile. C’est une grande rivière qui traverse la province de Cham et vient des montagnes du Laos.
Faïfo est l ’endroit le plus commerçant de la Cochinchine ; il y a toujours près de 6.000 Chinois qui sont les plus gros marchands… “.
Pierre POIVRE, Mémoire sur la Cochinchine, 1744, Revue de l’Extrême-Orient, T. Il, n°3, Juillet-Septembre 1884.

Visite
1) Le Centre ville
-La salle des Cinq Congrégations (64 rue Trân Phu), fondée en 1773, servait de salle de réunion et des fêtes pour les Chinois de Canton, de Phuc Kiên, de Hainan, Triêu Châu et Akkas.
-La salle de réunion des Chinois de Phuc Kiên (Phuoc Kiên Hôi Quan) (46 rue Trân Phu) construite en 1757 et restaurée en 1900, a été transformée en temple (Temple Kim Son ou Pagode de Phuc Kiên) dédié à la Déesse Thiên Hâu. Un pèlerinage a lieu le 12ème jour du 12ème mois lunaire.
-De nombreuses maisons de notables, toutes en bois et datant pour certaines du XVIIème siècle ou du XVIIIème siècle, se trouvent rue Trân Phu (n°37, 77 et 129) et rue Nguyên Thai Hoc (n°80 et 101).
2) L’ Est de la ville
-La Pagode Ông (Chùa Ông) (24 rue Trân Phu), fondée en 1653, célèbre le culte du Génie Quan Công, entouré de Châu Xuong et Quan Binh.
-Le Musée d’histoire culturelle de Hôi An (Nhà Trung Bày Vê Lich Su Van Hoa Hôi An) (25 rue Nguyên Huê) retrace toutes les grandes étapes de l’histoire de la cité à travers des photographies et des vestiges. De nombreux objets (maquettes de navires) rappellent ses anciennes activités commerciales.
-La salle de réunion des Chinois de Hai Nan (Hai Nam Quynh Phu Hôi Quan) (10 rue Trân Phu) a été édifiée, en 1883, en l’honneur des 108 marchands, décapités, par erreur, en Juillet 1851.

Besuchen Sie uns unter: Halong Bucht Tour

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress