Les terres rouges de l’hévéaculture les provinces de Binh Duong, Binh Phuoc et Dông Nai. partie 5

5. La route de Bien Hoa (prov. de Dông Nai) à Tân Phu par les R.N 1 A et 20 (vers le Nord-Est)

La province de Dông Nai a été un ancien territoire cambodm dénommé “Daung Nay” et occupé par la seigneurie des Nguyên* en 1691. Ancienne province (1976-1991) de la R.S.V.N. issue d regroupement des provinces de Long Khanh, Biên Hôa et Phuoc Tuy Elle a été divisée (1991) en deux nouvelles provinces : Dông Nai et Bà Ria-Vung Tàu.

Province (1991) de la R.S.V.N. Superficie: 5.864 km2. Chef-lieu: Biên Hôa. Population : 2 M. d’hab. (1999). Densité : 339 hab./Km2. Minorités ethniques : Hoa (Chinois), Xtiêng, E Dê, Cho Ro, Khmers. Chàm et Ma.

Elle possède des terres favorables à l’agriculture commerciale (hévéa, café et soja). La fabrication de poteries est traditionnelle.

La province est arrosée par la rivière Dông Nai (Donnaï) (500 km de long) prenant sa source dans le massif du Lang Bian (prov. de Lâm Dông) et encombrée de rapides (chutes de Trian) dans son cours supérieur. Elle reçoit sur la rive gauche, le Sông La Ngà (Lagna), et sur la rive droite, le Sông Bé, la Rivière de Saïgon (Sông Sài Gôn) et les deux vaïcos (Vàm Co Dông et Vàm Co Tây). Après Nhà Bè, elle reprend son cours sous le nom de Soai Rap pour se déverser dans la baie de Cân Gio.

Bien Hoa (1.709 km au S. de Hanoï et 31 km. au N.E. de Hô Chi Minh-Ville): Ancien chef-lieu de la province (1832-1875 et 1899-1975) et de l’arrondissement (1875-1899) de Biên Hôa. Chef-lieu (1976) de la province de Dông Nai. Au XVIIème siècle, un groupe de Chinois, fuyant les Mandchous, sous la direction de Chen Shuang Chuan (Trân Thuong Xuyên) s’établit dans la cité et fut à l’origine de son essor commercial. Lieu de sépulture du Gouverneur Trinh Hoài Duc (1765-1825) et site du temple consacré au Général Nguyên Huu Canh (Chuong Binh Lê) (1650-1700) qui organisa progressivement l’occupation du delta du Mékong.

La citadelle a été occupée par les forces franco-espagnoles le 16 Décembre 1861. En 1907, on y installa une Ecole d’Art spécialisée dans la production des céramiques et des bronzes. Pendant la Guerre du Viêt-Nam, la ville a été le Quartier général du 3ème Corps d’armée de l’A.R.V.N. et une des principales bases aériennes américaines qui fonctionna de 1965 à 1972. Le 8 Juillet 1959, le bombardement de la base par les F.A.P.L. causa la mort des premiers soldats américains de la Guerre du Viêt-Nam. L’attaque de la ville par le F.N.L. (1er Novembre 1964) et la publication du bilan des pertes (5 avions détruits, 5 Américains tués et 76 blessés) servirent de prétexte avec l’incident  du Golfe du Tonkin (Août 1964) à l’escalade de la guerre.
De nos jours, la ville, centre renomé de production de porteries, fait partie d’une zone économique de plus de 500 ha òu sont regroupées diverses entreprises.

Tri An (46 km au N.E. de Biên Hoa) : Premier rapide de la rivière Dông Nai (Donnai). Les chutes ont 8 m de hauteur et 30 m de largeur. Au-delà de cette limite, le Dông Nai n’est plus navigable. De 1983 à 1989, l’U.R.S.S. a participé à la construction d’une centrale hydroélectrique qui alimente Hô Chi Minh-Ville.

La Ngà (Lagna) (69 km au N.E. de Biên Hoa) : Un pont enjambe la rivière La Ngà qui prend sa source au plateau de Di Linh (Djiring) et arrose la province de Lâm Dông. La rivière est habitée par une population lacustre vivant de la pêche.

A 8 km plus au Nord (vers Dà Lat), le Viêt-Minh tendit, le 1er Mars 1948, une des embuscades les plus meurtrières de la Guerre d’Indochine. Les pertes françaises civiles et militaires se chiffrèrent à 105 tués (dont le chef de convoi, le Colonel G. de Sairigné), 55 blessés, 640 prisonniers et 80% des véhicules (il y en avait 70) détruits et incendiés.

Tân Phu (Dinh Quan) (84 km au N.E. de Biên Hoa) : Appelé par les Français le “Kilomètre 113″ (car le village est à 113 km de Saigon), l’agglomération est parsemée de nombreuses curiosités lithiques. C’était autrefois une des principales haltes sur la route de Dà Lat.

Cat Tien (130 km au N.E. de Biên Hôa) : Parc national de 38.000 ha où l’on trouve encore de nombreuses espèces végétales et animales rares (rhinocéros, écureuils volants, crocodiles, etc…).

Lesen Sie mehr: Halongbay

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress