La province de Ba Ria-Vung Tàu et l’île de Con Dao partie 4

La province de Ba Ria-Vung Tàu et l’île de Con Dao partie 4

De 1956 à 1965, l’archipel fut érigé en province sous le nom de Côn Son par la R.V.N. qui fît agrandir le bagne pour y installer les fameuses “cages à tigres” (3 m sur 2 m). Le nombre des détenus atteignit presque le chiffre des 10.000 dont 95% de prisonniers poli¬tiques. En Juillet 1970, un rapport de la Croix Rouge dénonça les conditions d’internement.

Archipel de Con Dao

La province de Ba Ria-Vung Tàu et l’île de Con Dao partie 4

En Mai 1975, l’archipel devint la province de Côn Dao puis fut rattaché à la province de Soc Trang (Janvier 1979). Jusqu’au milieu des années 80, la R.S.V.N. y fit interner de nombreux opposants poli¬tiques. Depuis Avril 1979, les îles sont administrativement intégrées à la Zone spéciale Vung Tàu-Côn Dao. En Mars 1993, on y créa un parc national.

En 1944 et en 1963, à proximité du cimetière des détenus politiques (Cimetière de Hàng Duong), furent découverts des vestiges préhistoriques (tessons de poterie, haches en pierre polie).

A voir : vacances au Sud du Vietnam

Actuellement, le gouvernement entreprend la restauration des vestiges du bagne où furent internés de nombreux opposants au régime colonial : Dang Nguyên Cân (1908 à 1921), Dang Xuân Thiêu (1930 à ?), Duong Bach Mai (1939 à 1943), Duong Ba Trac (1909 à 1923), Hoàng Quôc Viêt (1931 à 1936), Huynh Thuc Khanh (1908 à 1921), Le Dai (1909 à 1921), Lê Duân (1930 à 1936 et 1940 à 1945), Lê Duc Tho (1930 à 1936), Lê Hong Phong (1939 à 1942), Lê Thanh Nghi (1930 à 1936), Lê Van Luong (1934 à 1945), Lê Van Viên (1936 à 1940), Ngô Duc Kê (1908 à 1921), Ngô Gia Tu (1933 à 1935), Nguyên An Ninh (1940 à 1943), Nguyên Binh (1929 à 1934), Nguyên Duy Trinh (1928 à 1930 et 1931 à 1945), Nguyên Phuc Buu Dinh (1927 à 1931), Nguyên Quyên (1908 à 1910), Nguyên Van Cù (1930 à 1936), Nguyên Van Linh (1930 à 1936 et 1941 à 1945), Nguyên Van Nguyên (1932 à 1934 et 1939 à 1944), Nguyên Van Tao (1940 à 1944), Nguyên Van Tuong (1885 à 1886), Pham Hung (1931 à 1936 et 1939 à 1945), Pham Van Dông (1929 à 1936), Phan Châu Trinh (1908 à 1911), Phan Van Hùm (1940 à 1942), Ta Thu Thau (1940 à 1944), To Hiêu (1939 à 1944), Ton Duc Thang (1929 à 1945), Trân Cao Van (1908 à 1913), Trân Huy Liêu (1929 à 1934), Trân Van Giau (1935 à 1936), Ung Van Khiêm (1930 à 1936), Vo Hoành ( 1909 à 1912).

Plusieurs révolutionnaires reposent au Cimetière Hang Duong : Le Hong Phong (1902-1942), Nguyên An Ninh (1900-1943) et Vo Thi Sau (1935-1952). Le Musée de la Révolution (Dao Bao Tàng) est un témoignage de la dureté des conditions d’internement.
En Mars 1984, la R.S.V.N. décida la création d’une réserve naturelle de 6.043 ha afin de protéger les ressources naturelles, la flore, la faune et les vestiges historiques. A moyen terme, le tourisme doit connaître un rapide essor. Cependant, la présence d’hydrocarbures, à proximité de rarchipel, risque de bouleverser les options choisies.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les effectifs du bagne dépassèrent le chiffre de 4.000 prisonniers (dont environ 2.000 politiques) car les autorités coloniales y déportèrent de nombreux opposants pour leurs activités pro-japonaises.
A partir de Mai 1951, arrivèrent les premiers prisonniers de guerre dont la proportion croissante changea V atmosphère du bagne où éclatèrent de nombreuses grèves.
En Mars 1955, les derniers prisonniers politiques étaient livrés à la R.D.V.N. tandis que les prisonniers de droit commun étaient remis à la R.V.N.
Ces îles furent chantées dans plusieurs poèmes du mandarin-patriote Pham Châu Trinh (1872-1926) et servirent de cadre au roman “Vuot Côn Dao” (Evasion de Poulo Condore) (1955) de Phung Quan :
Quand on est un homme, debout au milieu de Poulo Condore,
On doit faire un tel bruit que les montagnes éclatent.
Armé d’une massue, on écrase le roc et forme cinq ou sept tas (de
cailloux),
De ses propres mains, on a cassé des centaines de blocs (de pierre).
Durant des mois et des jours ; on n’attache pas d’importance à son corps endolori,
Ni la pluie ni le soleil ne découragent notre cœur ferme et I constant.
Ceux qui se donnent pour mission de raccommoder le ciel, quand  il leur arrive de faire un faux pas,
Supportent vaillamment la peine, et ne font guère attention aux Ipetits détails ”.
Phan Châu Trinh, “Dâp Da ” (Casser de la pierre), Trad. de Huynh Khac Dung, France-Asie, n°55, Décembre 1950.

Für mehr Infos: Ha Long Bucht

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress